La bataille de Iwo Jima

La petite île faisant partie de l'archipel d'Ogasawara, à environ 1000 km au sud de Tokyo et solidement défendue par l'armée impériale japonaise. Elle se déroula entre février et mars 1945 et s'acheva par la conquête de l'île par les Américains au prix de 20 703 tués et 1152 disparus japonais (la quasi-totalité de la garnison) et 6 821 tués, 492 disparus et 19 189 blessés américains.
La bataille a été particulièrement médiatisée par la photographie des Marines érigeant le drapeau au sommet du mont Suribachi (prise le 23 février 1945 par le photographe américain Joe Rosenthal).
.

Bombardements les mois précédents

L'île subit les bombardements les plus longs de toute la guerre du Pacifique avec d'août à octobre 1944, 48 raids aériens, principalement pour détruire ses deux aérodromes. À partir du 8 décembre 1944, les navires de l'US Navy prirent le relais.
Au début de 1945, le Japon est bombardé quotidiennement depuis les Îles Mariannes (opération Scavenger) et Iwo Jima sert de station d'alerte pour la défense nippone. Quelques mois auparavant, les Alliés avaient débarqué sur l'île de Leyte dans les Philippines, la trouvant vide de défenseurs, ce qui avait hâté de huit semaines le programme de conquête. Mais l'attaque sur l'île d'Okinawa ne pouvait pas commencer avant huit semaines. Alors il fut décidé d'envahir Iwo Jima, sous le nom d'opération Detachment.
 

La bataille sur l'île

L'opération Detachment regroupait 8 cuirassés, 8 croiseurs et 10 porte-avions d'escorte. Cette flotte est chargée d'appuyer le Ve Corps amphibie (3e, 4e et 5e divisions de Marines) composé de 30 000 hommes qui débarquent sur la longue plage sud-est de l'île le 19 février. Ils doivent faire face à un feu nourri depuis le volcan Suribachi qui domine au sud de la plage. Les Japonais ont attendu que les Marines aient mis pied à terre avant de déclencher un feu d'enfer. Les Américains sont cloués sur les plages mais la progression se fait avec l'appui du feu de la Navy. À la fin du premier jour, ils ont réussi à établir une tête de pont sur toute l'extrémité sud de l'île, excepté le mont Suribachi.
 Débarquement de la 5e division de Marines depuis les navires de la sixième flotte U.S. avec Le mont Suribachi en arrière plan
 
Les avions kamikazes coulent le porte-avions d'escorte Bismarck Sea au large d'Iwo Jima et endommagent le porte-avions Saratoga, le porte-avions d'escorte Lunga Point ainsi qu'un destroyer, un transport et 3 navires de débarquement
ll n'est pas possible de creuser des trous dans le basalte et seuls les lance-flammes et les grenades peuvent déloger les défenseurs retranchés. Quarante mille Marines suivent et, finalement, le 23 février, le sommet est atteint. Un drapeau est élevé sur le Suribachi et un deuxième le remplace peu après. La scène du deuxième est immortalisée par un cliché de Joe Rosenthal, Raising the Flag on Iwo Jima.
L'île comprend 2 aérodromes et un 3ème en construction sur le plateau de la partie nord de l'île.
Les 22 000 Japonais se battent de toutes leurs forces mais un premier aérodrome est pris le 22 février. Le deuxième est l'objet de combats sauvages et confus où les Japonais se lancent dans des contre-attaques suicides qui provoquent le désordre dans la bataille. Les chars Sherman sautent les uns après les autres à cause des canons antichars dissimulés et des nombreuses mines. Le 25 février, les derniers soldats japonais défendant le deuxième aérodrome se suicident.
Le 2 mars, le troisième terrain d'aviation tombe après des combats sanglants. Une zone située à l'est du deuxième aéroport est baptisée the meatgrinder (le hachoir à viande) par les Marines. Elle tombe le 3 mars mais a coûté à elle seule 6 600 Marines blessés ou tués.
Le 15 mars, l'île est prise mais les Américains doivent nettoyer des poches de résistance tenaces. Le blockhaus au nord de l'île du lieutenant général Tadamichi Kuribayashi, commandant la garnison japonaise, ne sera neutralisé que le 25 mars.
Il n' y aura pas de survivants.
De toute la bataille, seuls deux cents seize Japonais sur les vingt-deux mille seront faits prisonniers.
Mise en place du premier drapeau américain sur le sommet du Mont Suribachi - 23 fév. 1945
photo prise et signée par le Marine's, Sgt. Lou Lowery